La maturité psycho-affective des organisations…

catherine

… ou comment l’homme est plus que jamais systémique

Nous assistons depuis plusieurs années à une accélération des difficultés dans les organisations, qu’elles soient économiques, sociales, institutionnelles et familiales. Que ce soit dans le secteur privé ou le secteur public, le mal-être au travail s’est généralisé. Il touche toutes les autres sphères : sociales, familiales, institutionnelles… Nos interrogations, nos angoisses, nos difficultés professionnelles, vont se répercuter sur notre famille, dans nos relations sociales et professionnelles.

Cette socio-économie est une réalité pour l’homme depuis son origine. Au départ, la nécessité de s’organiser de façon économique pour garantir la survie va donner naissance à la société. La psychologie vient ensuite, car elle répond à la question du comment survivre dans cette organisation, comment s’adapter au système. La survie, est le moteur qui nous a souvent mobilisé. C’est pour cela que nous travaillons, pour vivre, pour survivre.

À travers la psychosocionomie, nous avons tenté de répondre à ce qui nous est apparu comme essentiel chez l’humain. Le terme « psychosocionomie » est la synthèse de tout ce qui constitue l’individu et de fait, de tout ce qui constitue les organisations : c’est l’ensemble indissociable du psychocorporel, du social et de l’économique.

Les organisations sont constituées d’êtres humains (et d’outils de travail façonnés par des humains) : elles rééditent la même structure que celle des individus et sont donc constituées des dimensions psychocorporelles, sociales et économiques.

Quel est l’apport de la psychosocionomie ?

Quand nous voulons réaliser le diagnostic des difficultés rencontrées par une organisation, la demande se limite souvent aux symptômes. Or nous avons besoin d’un modèle qui intègre l’ensemble des registres de l’organisation, c’est-à-dire les dimensions psychologiques, sociales et économiques, de façon à comprendre d’où vient la problématique et pouvoir ainsi intervenir de façon efficace.

La psychosocionomie étudie les liens entre les symptômes présentés par l’organisation et les différents éléments qui la constituent. Cette recherche est née il y a 25 ans, dans un groupe d’universitaires, de chefs d’entreprises, de psychologues, d’économistes et de sociologues. Ceux-ci ont abouti à la création d’un modèle opérationnel du fonctionnement psychologique, social et économique des organisations et des acteurs qui la composent.

Ce modèle relie le fonctionnement propre de l’organisation à la psychologie et aux processus relationnels des individus qui l’intègrent. Il s’appuie sur huit concepts de base : l’homopsychosocionomicus, les indicateurs de croissance psychosocionomiques (PSN), les besoins fondamentaux, les personnalités PSN, les systèmes de personnalités culturels PSN, les articulations PSN, les agents pathologiques et les agents thérapeutiques dans les organisations.

La maturité psycho-affective de l’organisation

Sur ces bases conceptuelles, nous avons mis au point des outils d’intervention dans le but d’accompagner les organisations vers la maturité psycho-affective, maturité qui seule permet la libération de l’énergie créative et l’engagement des acteurs. Elle  sera alors vecteur de bien-être et d’efficacité durable.

Georges Escribano, Président de la Société Internationale de Psychosocionomie, Consultant et Superviseur

Crédit photo : dmitry-ratushny-unsplash